Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2007 1 01 /10 /octobre /2007 09:13
vide-et-plein.jpgPour un autre François, aussi doué au pinceau que Monsieur Cheng, voici un article sur l'essai le plus connu d'un grand sinologue contemporain.

François Cheng, de son vrai non Cheng Baoyi 程抱一, est né en Chine un 30 août 1929. Issu d'une famille de lettrés, lui-même poète et calligraphe, la culture est dans son sang, qu'elle soit chinoise ou étrangère.
C'est pourtant seulement à vingt ans qu'il apprend le français ,en débarquant par un beau jour de 1949 sur le sol de l'héxagone, motivé par son amour de la culture française et de la langue. Dans les années qui suivent, il se lance dans des études universaitaires et commence surtout en tant que traducteur de poèmes classiques chinois.
Naturalisé français en 1971, depuis 2002 il est le premier asiatique élu à l'Académie Française.

Calligraphe, poète, romancier, essayiste,philosophe, traducteur et sinologue, comme les lettrés de la Chine traditionnelle, François Cheng sait tout faire! Aujourd'hui c'est de son essai le plus célèbre, "Vide et plein", que je désire vous entretenir.

Vide et plein, ce n'est pas le genre de livre que l'on lit comme un roman. Non, Vide et plein est un discours explicatif sur le language pictural chinois, une tentative d'approche du monde extrême oriental par l'occident. Ce livre est à l'image de François Cheng, un trait d'union entre deux cultures.

Si vous vous êtes toujours posé des questions sur les peintures chinoises, en particulier celles de paysages (shanshui), sans parvenir à percer le mystère qui d'un trait rend vivant un bout de papier de riz, je vous invite à la lecture de cette oeuvre.

Résumé de l'éditeur :
L'objet que se donne la peinture chinoise est de créer un microcosme, " plus vrai que la Nature elle-même " (Tsung Ping) : ceci ne s'obtient qu'en restituant les souffles vitaux qui animent l'Univers ; aussi le peintre cherche-t-il à capter les lignes internes des choses et à fixer les relations qu'elles entretiennent entre elles : d'où l'importance du trait. Mais ces lignes de forces ne peuvent s'incarner que sur un fond qui est le Vide. Il faut donc réaliser le Vide sur la toile, entre les éléments et dans le trait lui-même. C'est autour de ce Vide que s'organisent toutes les autres notions de la peinture chinoise ; celles-ci forment un système signifiant, auquel François Cheng est le premier à appliquer ici une analyse semiologique. Son commentaire est enrichi par d'amples citations et des reproductions.

Cet essai n'est pas le seul de François Cheng sur le sujet de la peinture chinoise, vous pouvez aussi approfondir avec :
-"Le souffle-esprit, textes théoriques chinois sur l'art pictural
", François Cheng, Le Seuil, 1989 (réédition de 2006).

Carte d'identité du livre :
Titre : Vide et plein, le language pictural chinois
Auteur : François Cheng
Editeur : Seuil
Collection : Points Essais
Nombre de pages : 157
Année d'édition : 1979 (1991 pour la réédition)
ISBN-13: 978-2020125758
Prix indicatif : 7,95€


Bonne lecture et Have Fun!!


Partager cet article

Repost 0
Published by Chen Jie - dans Beaux Livres
commenter cet article

commentaires

gari 02/10/2007 17:16

je ferais avec et puis tu m'expliqueras ce que je ne pige
pas ;) encore merci bises

Chen Jie 02/10/2007 23:20

Tu sais... je ne l'ai jamais lu!!!

gari 01/10/2007 13:12

géniale :) t'es une fée pour moi ;) je vais passer a la fnac cet aprem voir si je trouve les deux bouquins ;)

gros bisous CHEN CHOU:0010:

Chen Jie 01/10/2007 13:19

De rien monsieur!!Mais je préviens, c'est un texte essayiste, ce n'est pas toujours simple à comprendre! ^__-

Avis aux lecteurs

Paris-Beijing vous rappelle que les textes et photos de ce site sont tous régis par la loi française et internationale du Copyright.
Ainsi toute reproduction, intégrale ou partielle, sans permission écrite et signée de leur propriétaire est interdite.

Merci infiniment de votre compréhension.

Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

Recherche

Proverbe du jour

« Un ami c'est une route, un ennemi c'est un mur. »

Suivez le guide


Toc toc toc

Qui est là??

Il y a actuellement curieux se baladant sur O-B... et seulement voyageur(s) dans ce coin de Chine!

Référencement