Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2008 2 04 /03 /mars /2008 17:45
Il y a un an, à l'occasion de la journée Internationale de la Femme, je vous avais déjà parlé très birèvement de ce roman, petit joyaux rendu immortel à l'écran par la caméra de Zhang Yimou et le jeu de Gong Li.
Il s'agit bien entendu d'"Epouses et Concubines".

Résumé de l'éditeur :
Songlian a dix-neuf ans, elle est étudiante, elle est belle... Mais la ruine de sa famille l'oblige à devenir la quatrième épouse du riche Chen Zuoqian. Dans le huis clos de sa nouvelle vie, elle va découvrir la seule loi qui compte : celle de la séduction. Car la favorite de la nuit est la maîtresse de la maison. Jalousie, possession, haine, pouvoir : quatre femmes se livrent une lutte à mort pour le plaisir du maître, dans la Chine des années 20 encore féodale, incroyablement archaïque...

Mon résumé :
Songlian, jeune étudiante, voit sa vie changer le jour où pour complaire à sa famille, elle est obligée d'épouser le riche et vieux Chen Zuoqian. La pauvreté de sa position ne lui vaut alors que la place de 4ème épouse dans cette Chine d'un autre temps, encore si traditionnaliste. Et son nouveau quotidien ne devient que survivre dans un monde ou les femmes se battent pour règner sur la couche d'un seul homme.

La supprématie de la mère d'un fils, l'importance de la favorite des sens, la place inaltérable de la première épouse, tout cela présente la Chine d'avant le premier octobre 1949 sous l'oeil pur et pourtant tout la pudeur chinoise de Su Tong.

Court, on ne peut dire autrement des 125 pages que comporte ce petit livre. Mais comme on le sait tous, les meilleures choses sont les plus courtes. Comme tous les textes de Su Tong, l'histoire est sobre, parfaitement décrite dans son cadre historique respecté et le style facile de compréhension.
Seulement, derrière le masque de la sobriété, de la sincérité, tout chinois ne dit jamais totalement tout et le reste est laissé au lecteur, à sa culture personnelle, sa curiosité, son imagination...   Les descriptions ne forment des pages d'une longueur étouffante, absence aussi de toute métaphore philosophique. Su Tong c'est le peuple chinois dans sa nudité qui l'interesse, mais reste toujours le fard de la pudeur.

Ce livre se parcours comme une nouvelle, d'une traite, sans hésitation, à peine le temps pour une tasse de thé. Tout bon lecteur l'aura lu en une journée. Intrigué par la vie de Songlian, qui découvre en même temps que nous son nouveau milieu, le lecteur aura plaisir a retrouver la culture chinoise qu'il a certainement déjà découvert en ses pages ^__- .
Aussi simple soit-il à lire, il laisse pour autant une marque indélibile, une trace qui ne peut que faire méditer sur la place de la femme dans notre monde, la place qu'elle a eu, celle qu'elle a aujourd'hui, et celle de demain. Ce n'est pas un roman engagé, c'est un descriptif de ce qui fut, et peut-être de ce qui reste parfois...


L'auteur :
Su Tong(苏童), de son vrai nom Tong Zhonggui (童中贵), est un auteur chinois né en 1963 à Suzhou (Jiangsu, Nord-Ouest de Shanghai). Après des études littéraires à l'Ecole Normale de Pékin, il devient journaliste. Aujourd'hui il est rédacteur pour la revue Zhongshan et basé à Nanjing (Nankin, Sud de Shanghai).
Il est célèbre pour ces romans et récits, mettant souvent des héroïnes au centre d'un sujet historique, entre autre "Epouses et Concubines", "Visages Fardés", "Riz", "Fantômes de papier", "La maison des Pavots" ou "Je suis l'empereur de Chine".
-pouses-et-concubines1.jpg

Carte d'Identité du Livre :
Titre original : Qiqie Chengqun
Titre français : Epouses et Concubines
Auteur : Su Tong
Traductrices : Annie Au Yeung et Françoise Lemoine
Editeur :  Flammarion
Année d'édition en Chine : 1990
Année de traduction en France : 1992
Dernière publication : 2004
Nombre de pages : 125
Prix indicatif : 15€ en grand format (existe en poche)



Bonne lecture et Have Fun!

Partager cet article

Repost 0
Published by Chen Jie - dans Romans et Récits
commenter cet article

commentaires

agathe 10/03/2008 17:10

ok Chen Jie , ce que j'aimerais discuter avec toi
tu es passionnante , j'adore
je sais tout ce que tu dis. .
bisous

Chen Jie 10/03/2008 17:19

Ba si tu viens vers Paris un de ces jours ^__-Qui sait...

agathe 10/03/2008 09:48

mais oui Chen je suis d'accord avec toi,
mais chaque pays a ses défauts et quand on ne remarque que ça , c'est la cata,

les chinois mangent du chien, nous on mange les vaches on mange aussi les oiseaux ce n'est pas mieux
bien sur que je l'ai remarqué mais je n'en parle pas,

tu sais dans les avions les Chinois crachent dans les sacs et referment le sac délicatement . .

j'ai eu la chance d'aller dans des coins peu fréquentés, je ne pars pas avec un t.O francais mais chinois, qui fait des voyages comme on aime , je ne pars pas en groupe,j'ai donc le bonheur d'aller dans des lieux peu connus, c'est ça que j'aime ,

crois tu que je n'ai pas eu du mal à m'habituer aux wc sans portes, aux wc chinois en général, oh si ça a été très difficile, mais c'est comme ça . .

bon je te laisse et je t'embrasse

j'aime cet échange
merci à toi

Chen Jie 10/03/2008 10:09

Il y a une différence entre manger un animal par nécessité et le manger juste pour la mode, au point d'enlever les animaux domestiques dans les villes, les égorger dans les toilettes des retaurants...Il y a une culture (malsaine) en Chine (et pas que là, mais chez eux c'est presque instinctif) de faire souffrir l'animal qu'on égorge, sous le couvert que la viande sera plus goûteuse. Je te promet, c'est une vieille croyance (totalement erronée, on le sait, on a fait des recherches justement... vive la science) qui a la dent dure, comme la viande de chien qui est affrodisiaque, les pattes d'ours, la visicule du serpent ou son sang chaud pour tonifier... On s'offusque moins de voir un serpent dépeussé vivant devant soi, on a encore assez peu de sympathie pour les python, les couleuvres et autres resptiles.Mais passez devant un restau de chien avec un magnifique berger allemand enchaîné devant... tout en sachant que ce n'est pas l'animal domestique de la maison mais bien le futur repas des clients, je n'y arrive plus! Je ne veux pas me voiler la face, contrairement à d'autres. OB est interdit de séjour en Chine, et bien du coup je ne me retiendrai plus... enfin il ne sera jamais question ici de politique tout de même. Même si cette mode de viande de chien est politique... tiens en Corée du Nord aussi...Je ne dis pas qu'en France on est parfait, mais je parle de ce que je connais et de ce que les chinois vont se prendre en pleine poire cette année avec les JO. Ils n'aiment pas perdre la face, là je crois que l'Occident en général ne va pas comprendre la subtilité... Pour le cracha, désolée, moi je ne m'y fais pas... Et je peux t'assurer que je n'ai jamais voyagé en Chine que par mes propres moyens, mais qu'il y a une grosse différence entre tourisme, même plongé dans la Chine, et vivre un an parmis les chinois, n'ayant aucun contact avec des occidentaux en dehors du tel, du net et de mon passage de temps à autre à la médiathèque française de Pékin.

agathe 08/03/2008 18:35

re bonsoir Chen Jie
au début c'est ultra surprenant, j'avais eu une mauvaise expérience à Badaling , la toute première fois que j'allais en Chine, un crachat était passé au dessus de ma tasse de thé , pour atterrir dans un crachoir sur le coté du bar, je te jure que c'est vrai, mais après je n'ai plus remarqué, en plus à Pékin, il y a de l'amélioration
tu sais je l'aime la Chine, je pense que rarement tu me verras critiquer ce pays, au contraire j'en prends la défense presque en permanence
bises Chen Jie et bon dimanche

Chen Jie 08/03/2008 20:49

Tu n'as pas vêcu sur place, autrement je peux te dire qu'au bout d'un moment tu en aurais marre.L'amélioration... j'y crois pas du tout. Je connais Pékin depuis 1996, et depuis cette année là, chaque fois que j'y vais pire je trouve que c'est de ce niveau.En 1996 je n'avais rien remarqué, aucun bruit insolite n'avait heurté la sensibilité de mes oreilles. En 1998, je n'avais pas non plus remarqué beaucoup, un peu plus certainement. Mais ça passait...En 2001, j'étais avec des amis occidentaux, donc eux me l'ont fait remarqué. Et là je l'ai remarqué de plus en plus. Mais ça passait...Le pire a été en 2005 et 2006, un an sur place et dans les quartiers assez peu fréquentés par les touristes. Dans ces coins là, je peux t'assurer que tu l'entends à toute heure, du jour comme de la nuit. J'entendais même mon voisin le faire dans sa salle de bain tous les matins quand il se lavait avant d'aller bosser. Le charmant bruit de raclage de gorge qui te réveille.Et puis le gardien de l'immeuble qui se mouche dans l'air et s'essuie les doigts sur le pateaux à côté de lui, l'air de rien. Non c'est normal pour eux... Après ils comprennent pas qu'on le leur reproche, c'est pas dans leur éducation, c'est dans l'éducation maoiste, comme la mode de la viande de chien... Se comporter comme ça, ça fait pas bourgeois, c'est certain!! :0036: Les autorités ne font pas de campagne de sensibilisation, c'est con. Ils devraient l'enseigner aux enfants, qui le rapporteraient à la maison avec toutes leurs logiques et éduqueraient leurs parents en retour. Mais non, les autorités préfèrent interdire les mauvaises moeurs dans les quartiers touristiques...Sors de ces sentiers battus, et tu trouveras bien autre chose ^__- La pékinoise blonde te l'assure!!

agathe 07/03/2008 11:25

bonjour Chen Jie
la maison de la famille Qiao se trouve à mi chemin entre Taiyuan et Pingyao, nous avions pris le train de nuit Pékin Taiyuan- c'est vraiment joli avec des maisons à cours closes, il semble que rien n'a changé depuis très très longtemps, j'ai adoré ( je me demande ce que je n'aime pas en Chine, je suis toujours émerveillée , je trouve toujours un endroit que je ne connais pas pour y retourner )
merci , tes visites et tes commentaires m'ont fait plaisir
bisous

Chen Jie 07/03/2008 11:29

Vraiment? il n'y a rien que tu n'aimes pas en Chine?! :0036:Le bruit délicat d'un chinois qui se racle la gorge juste avant de cracher, ça ne te dérange pas?

agathe 06/03/2008 10:41

bonjour Chen Jie
j'avais lu le livre il y a longtemps mais au mois d'aout, j'ai eu le bonheur d'aller visiter la demeure de la famille Qiao,j'ai vraiment aimé,

il y a peu de temps la télévision a passé le film " epouse et concubines" nous avons regardé avec grand intérêt nous retrouvions ce magnifique endroit, si bien entretenu,
merci à toi
belle journée

Chen Jie 06/03/2008 12:03

Elle se trouve où cette demeure??!

Avis aux lecteurs

Paris-Beijing vous rappelle que les textes et photos de ce site sont tous régis par la loi française et internationale du Copyright.
Ainsi toute reproduction, intégrale ou partielle, sans permission écrite et signée de leur propriétaire est interdite.

Merci infiniment de votre compréhension.

Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

Recherche

Proverbe du jour

« Un ami c'est une route, un ennemi c'est un mur. »

Suivez le guide


Toc toc toc

Qui est là??

Il y a actuellement curieux se baladant sur O-B... et seulement voyageur(s) dans ce coin de Chine!

Référencement