Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2007 5 28 /12 /décembre /2007 16:35
En période de fêtes et de cadeaux, je vous propose la visite d'un lieu très connu à Pékin, la rue Liulichang.
undefined
1-Qu'est-ce que Liulichang Jie?

Contrairement à Paris, où les marchés aux Puces se concentrent principalement au Nord le long du Periphérique, à Pékin on peut encore trouver de très nombreux marchés aux puces dans la ville. Tout en sachant que plus un marché est renommé, plus il attire des touristes, plus les chinois fuient et plus on y trouve des copies!!

La rue Liulichang se trouve être, depuis quelques décennies, le regroupement des antiquaires pékinois. Mais attention, si certains sont de vrais antiquaires, le flux toujours grandissant de touristes a rameté beaucoup de roublards. N'y allez pas en espérant dégoter un merveilleux blanc bleu d'époque Ming ou un sublime céladon à bas prix!! Non, on essayera de vous vendre une porcelaine guère plus agée de 5 ans, noircie au cirage pour vous donner l'impression d'en avoir 300.

Première chose à savoir : il est interdit de sortir un objet de plus de 120 ans du territoire chinois. C'est simple, c'est clair, n'essayez pas de coutourner les lois chinoises, les douaniers y sont peu sensibles au charme des européens...

Deuxième chose à savoir :
si vous voulez vraiment ramener une pièce ancienne (de moins de 120 ans donc...), il vous faut un cachet de cire rouge sur la pièce. Le mieux, pour ne pas se faire avoir par les rois de la contre-façon, c'est de l'acheter dans les boutiques des musées!! Oui, en Chine, le communisme et l'ouverture du marché font cohabiter les magasins d'Etat et les vendeurs libres. L'avantage des uns est un prix fixe, maximum à ne pas dépasser, l'avantage de l'autre est de pouvoir marchander! Pour autant, souvenez-vous que la rue contient énormément de copies, bien plus que d'originaux. Alors n'hésitez pas à marchander, de descendre le prix parfois de 200%!! 

Si Liulichang est un lieu hanté par les touristes depuis plus de 20 ans, c'est aussi pour son charme, l'allure traditionnelle de son architecture préservée. Si aujourd'hui on détruit les vieux Huttong autour, ce n'est pas pour reconstruire des tours haut de gamme, mais pour élargir le piège à devises étrangères!! La brique grise de Pékin et le bois sont remplacés par du ciment et du béton peint...

2-L'Histoire de Liulichang Jie :


undefined L'histoire de Liulichang commence au tout début de l'histoire de la capitale du nord, autrement dit de "Bei Jing", au XVeme siècle. Lors qu'en 1406, sur ordre de l'empereur Yong Le, commence la construction de la Cité Pourpre Interdite, le pays entier devient un gigantesque chantier. Les troncs d'arbre pour les piliers, poutres et charpentes vont devoir traverser la Chine depuis le Sichuan. Les briques vont venir de fourneaux impériaux du Shandong. Les dalles de pavements furent fabriquées, selon un procédé perdu aujourd'hui (raison pour laquelle on ne peut marcher sur ces dalles, les petits musées du Palais obligent les visiteurs à recouvrir leurs semelles de protections en plastique!!), à Suzhou. Quand aux tuiles, que l'on dit "liu" en chinois, furent fabriquées dans la région de Pékin. 
Ces tuiles, vernissées de jaune, venaient précisément des Collines de l'Ouest, petit massif légèrement montagneux à l'Ouest de Pékin, non loin des Collines Parfumées (Xiangshan). Elles y étaient fabriquées et cuitent dans  les très nombreux fours construits à l'époque pour répondre à la demande, puis abandonnés dès le chantier terminé.
Pour le travail des finitions, on construisit une usine de polissage entre le chantier de la Cité Interdite et les collines de l'ouest. Cette usine, une fois sa tache terminée, fut désafectée mais donna son nom au quartier : Liulichang. Ce qui littéralement signifie : Chang - l'usine, Li - vernissé(es), Liu - tuile(s) = L'usine des tuiles vernissées.

Liulichang-dans-les-ann--es-1930.jpg Si la rue est réalisée sous les Ming, cependant c'est à l'époque Qing, la dernière dynastie, qu'elle devient le quartier des "bouquinistes" pékinois. Les intellectuels et autres lettrés passent tous par Liulichang. Fabriquants de papier, graveurs sur sceau, encadreurs de peinture ou calligraphie, pinceaux chinois, tout se trouvait déjà ici. Malheureusement, avec les années 60 vient l'heure noire de la Culture Traditionnelle, l'ouvrier devient socialement plus important que le lettré.

En 1982, la Révolution Culturelle oubliée, le Gouvernement Chinois désigne Liulichang comme vitrine culturelle de la nouvelle orientation politique... Liulichang est restaurée et se trouve baptisée : 琉璃厂文化街, la rue de la Culture!

3-Liulichang aujourd'hui :


Jusqu'il y a peu, Liulichang était pour les pékinois le lieu où venir acheter ses pinceaux, son matériel de calligraphe, se faire graver un sceau traditionnel, faire encadrer une peinture personnelle ou trouver un livre culturel. Depuis toujours les éditeurs et l'industrie chinoise du Livre se situait à Liulichang. L'importance de l'industrie du livre dans le pays le plus peuplé du monde a poussé les usines à se déplacer. Du centre de la capitale, elles sont parties en banlieue ou en province. Il n'en reste que l'une des plus anciennes librairies de Pékin se trouve toujours à l'angle Sud-Ouest de la rue Nanxinhua avec Liulichang.

Aujourd'hui, l'afflut de touristes rend le dicernement difficile entre les vrais peintres et les copies d'oeuvres imprimées par xylographie. La plus part des vrais vendeurs de matériel ont migré vers le Nord, autour de l'Université des Beaux-Arts de Pékin. Alors on trouve encore quelques galeries, certaines spécialisées dans les très grandes toiles aux prix flambant sous la prolifération des devises américaines, russes, ou encore japonaises, d'autres, bien plus modestes, proposent des prix élevés toujours marchandables.

undefinedQu'est-ce qu'on y trouve :
On trouve de tout et de rien maintenant à Liulichang, du sceau gravé avec votre prénom en chinois aux masques de l'opéra de Pékin, en passant par les 4 trésors du lettré, le vieux réveil à l'éphigie de Mao, le petit livre rouge en version originale, les vieux pots de chambre, des théières en terre immitants les oeuvres de Yi Xing, des peintures, des calligraphies, des ferrures de portes chinoises, des marionettes de théâtre d'ombre, des bouteilles de verre peintes de l'intérieur, des porcelaines maquillées au cirage, des porcelaines coquille d'oeuf (la plus fine porcelaine au Monde!), des pinceaux de toutes les qualités (ceux des petits vendeurs de rue sont souvent de très très très mauvaise qualité, comme ceux vendus dans les ensembles de "calligraphe"), des vêtements en soie, des sacs, des immitations de marques occidentales... Oui, on trouve tout et n'importe quoi!! Liulichang ressemble de plus en plus à un bazard.

undefined Les deux Liulichang :

La rue se trouve séparée en deux par la rue Nan Xinhua (Nan Xinhua Dajie ou Xinhua Jie selon les cartes), et l'on observe donc Liulichang-Est et Liulichang-Ouest. J'ai souvent trouvé la partie Ouest plus interessante. Aujourd'hui, après l'invasion des pseudo-antiquaires, c'est les boutiques de thé qui débarquent! La partie Est, reliée à Dazhalan par les ruelles, est la plus envahie.
Des deux côtés la règle eet de s'éloigner du bord du carrefour avec Nanxinhua Jie (rue Xinhua "Sud"). Les boutiques y sont très belles, mais les prix aussi!
La rue Ouest compte plus de petits vendeurs de peintures traditionnelles. Si vous avez le courage d'aller jusqu'au bout, côté sud de la rue (votre gauche si vous arrivez de Nanxinhua) vous trouverez la petite galerie de Gu Yu, un peintre de la nature pékinoise, adorant les fleurs, les oiseaux et les chats, et dont vous pouvez admirer quelques oeuvres sur le blog.

Comment s'y rendre :
Pour vous y rendre lors de votre passage à Pékin, c'est très simple.
Prenez le métro, la ligne circulaire et descendez à la station : Hepingmen. Prenez la rue au sud du carrefour (à droite du restaurant de Canard Laqué le plus réputé de la capitale). Descendez la rue Xinhua (étant la partie Sud de la rue, les chinois la nomment : Nan Xinhua Dajie) sur quelques centaines de mètres.
Vous ne pouvez rater le croisement avec Liulichang de par la présence des boutiques d'angle aux devantures richement peintes et sculptées.
Lignes de bus passant à proximité : 7, 14 et 15. Descendre aux arrêts : 和平门 (Hepingmen) ou 琉璃厂 (liulichang).
Si vous avez un doute, demandez Liulichang Wenhua Jie (la rue Liulichang de la Culture) ou faites vous écrire le nom en chinois sur un papier par la réception de votre Hotel (ou un ami chinois) si vous ne parlez pas mandarin.

Une bonne adresse pour bien manger dans le coin?

Je vous conseille le Restaurant de Canard Laqué à Hepingmen. Il est réputé depuis des décennies à Pékin. Ce n'est pas mon préféré (je préfère un autre à Chongwenmen proposant une recette légèrement différente, moins bondé de touristes!!), cependant celui de Hepingmen est très beau et bien présenté. L'hygiène est irreprochable, la cuisine est visible des clients derrière des vitres, les canards sont présentés avec certificat d'élevage!!
Le seul bémol est le prix d'un tel repas... ^__-

Pour les bourses plus modestes, sur Nan Xinhua Dajie, en dessous du carrefour de Hepingmen, sur le trottoir de droite en descendant vers Liulichang vous avez un très honnête Restaurant de Barbecue Coréen. Les menus n'étaient pas en anglais en 2006, mais le personnel est aimable et patient. Le repas pour 4 personnes ne dépassera pas 20€ en moyenne. L'avantage est que la viande est très fraiche, car apportée crue sur la table où on la fait griller devant soi. D'autre part, les pékinois d'aujourd'hui adorent ce type de restaurant, souvent pleins, ce qui assure doublement de la fraicheur des produits!

Bon voyage, bonne promenade et Have Fun!

Partager cet article

Repost 0
Published by Chen Jie - dans Pékin
commenter cet article

commentaires

monique 05/02/2008 17:37

dommage que je ne t'ai pas connue quand je suis allée à Pékin. Cette visite est très intressante

Chen Jie 05/02/2008 18:00

Tu n'as pas été rue Liulichang?! O_o

poteet 29/12/2007 09:21

je ne savais pas qu'on avait le droit d'acheter des "vraies" pièces authentiques et tout et tout, je pensais que c'était tout simplement interdit et qu'on devait se contenter de copie, voilà bisous, et merci pour ton comm's...

Chen Jie 29/12/2007 09:34

Oui, oui, on peut mais il faut qu'il y ait un cachet de cire (souvent rouge) sur la pièce (souvent en dessous) des autorités... Il faut se méfier des copies qu'on te vend pour des vraies, des copies de cachets aussi. Ce qui fait qu'il vaut mieux s'offrir son p'tit plaisir dans un magasin de musée, là les antiquités sont certifiées (normalement). Sur autorisation spéciale, des pièces plus anciennes peuvent quitter le territoire, mais il faut demander tout un lot de laisser-passer.Cette procédure vise à protéger le patrimoine culturel chinois, longtemps pillier par les collectionneurs du monde entier.

MatMat 29/12/2007 00:59

Ca doit être trop bien !!! Merci pour l'adresse du resto, je ferai peut-être un détour par là-bas !!! lol

Chen Jie 29/12/2007 07:16

Je te déconseille l'année 2008 pour le détour!! ^__-

Lunalithe 28/12/2007 23:31

Oh là là, qu'est-ce que tu es douée pour raconter les choses ^^ Rien que de t'écouter (en l'occurence ici, te lire) ça fait voyager! J'aime vraiment beaucoup beaucoup ton blog...On se sent trop bien chez toi ^^

Chen Jie 29/12/2007 07:15

Merci Luna!! :0010:  Mais toi tu es douée pour dessiner les choses!! ^__-

lorent 28/12/2007 20:19

je rêve d'aller en asie car cela doit être superbe et en plus il y a pelin de taille-crayon la bas....

Chen Jie 28/12/2007 20:31

Oui, au Japon surtout tu dois trouver le Taille-Crayon Automatique!! :0036: ^__-

Avis aux lecteurs

Paris-Beijing vous rappelle que les textes et photos de ce site sont tous régis par la loi française et internationale du Copyright.
Ainsi toute reproduction, intégrale ou partielle, sans permission écrite et signée de leur propriétaire est interdite.

Merci infiniment de votre compréhension.

Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

Recherche

Proverbe du jour

« Un ami c'est une route, un ennemi c'est un mur. »

Suivez le guide


Toc toc toc

Qui est là??

Il y a actuellement curieux se baladant sur O-B... et seulement voyageur(s) dans ce coin de Chine!

Référencement