Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 20:34
Si Pékin intra-muros ne manque pas de temples, dans les environs, à quelques heures de bus, on trouve encore plus de quoi nourrire sa curiosité culturelle!

Situé à une petite cinquantaine de kilomètres à l'ouest du centre ville, dans le district de Mentougou, dans les Montagnes de l'Ouest (Xishan), le Temple Tanzhe (潭柘寺) s'élève là depuis de nombreux siècles. Avec peine une heure de bus, c'est une idée pour quitter les bruits de la ville, la polution, les immeubles et se retrouver en pleine montagne.

undefined
Temple bouddhiste, il semble être le plus ancien de la région. Sa première édification remonte à la dynastie des Jin de l'Ouest (265-316). Plus exactement, les moines aiment à raconter qu'il fut érigé en 307 de notre ère... Ce qui fait qu'il y a quelques mois le temple a soufflé ses 1700 bougies très dignement.

Son nom actuel de Tanzhe si, signifie Temple de l'étang et des muriers sauvages. Il est parfois mal traduit en temple de la piscine du dragon et du murier...
Au travers de sa longue histoire, les changements ont souvent apportés d'autres noms comme "Temple de l'étang du dragon", "Temple de la Source du Dragon", ou son nom d'origine "Temple de la bonne fortune" (Jiafusi). Le murier qui donne son nom au temple n'est autre que le cudrane, ou cudrania tricuspidata, l'arbre des vers à soie. Il s'agit d'un arbre frutier sans aiguille donnant des fruits ressemblant à ceux de nos muriers (ronces) européens, mais pour autant pas du tout dela même famille à ma connaissance.

Si la première pierre fut posée sous les Jin de l'Ouest, pour autant chaque grande période de l'Histoire de Chine a apporté ses modernisation à ce temple, établi dans la région de Pékin bien avant que la ville de Pékin n'existe!
Les dynasties des Tang, des Song, des Liao, des Jin, des Yuan, des Ming et enfin des Qing apportèrent tous leur grain de sable à l'édifice.

Adossé à flanc de montagne, les terrasses et pavillons s'échelonnent paisiblement pour former un vaste monastère. Passé le Pailou de l'entrée et les vendeurs d'encens qui vous prennent d'assault, voici la porte couverte de tuiles grises. A l'bris du toit, Heng et Ha, les gardiens des portes de tous les temples bouddhistes, vous saluent de leur faces grotesques.
Et dès la première cour, vous noterez que ce sont les arbres qui ici en imposent le plus. A l'ombre de ces derniers, on oublie vite les pavillons pour seulement observer leur majestée naturelle, soutenue au bout de poteaux en fer rouillé...
undefinedDans la deuxième cour voici le gingko "Diwangshu", l'arbre empereur nommé ainsi par Qianlong (empereur des Qing) pour sa taille magestueuse et son âge. Effectivement, planté sous les Liao, il y a mille ans de ça, il présente aujourd'hui un tronc de plus de 4 m de circonférence.
Son pendant dans cette même cour est plus modeste, surnommé "Peiwangshu", l'arbre compagnon de l'Empereur, car planté plus récemment. Ce donx nom lui vient, non pas parce qu'il accompagne l'arbre "empereur", mais que selon une légende du temple il lui poussait une nouvelle branche à chaque avènement d'un nouvel empereur. Le pauvre arbre a-t-il censé de pousser depuis 1912?? (fin de l'époque impériale!)
A l'automne la cour se couvre d'or, la couleur des feuilles des Gingko mais aussi celle des empereurs de Chine.

Le long du chemin vers les terrasses supérieures, à l'Est du pavillon de Vairocana, voici la pagode Yanshou. D'époque Ming, c'est un bel exemple du style "lamaïque", aussi dit du "bol retourné", souvent appelé Dagoba.
Haute de 15 métres, faite de briques peintes à la chaux et couronné de son épis de bronze doré, elle fut érigée par le prince Yanyong de Yuejing.

En montant progressivement de terrasse en terrace, voici la salle de Guanyin, surplombant tout le monastère. Guanyin est en Chine le bodhisattva le plus aprécié et le plus représenté. Il s'agit de la forme chinoise et féminince d'Avalokiteshvara, la personnification de la miséricorde. Aussi déité de la fécondité et protectrice des enfants, sous l'influance du christianisme elle a souvent donné ses traits à la Vierge Marie sinisée. Elle protége encore les voyageurs, et particulièrement les marins.
Sous la dynastie des Yuan, le temple accueillit une des filles de l'empereur Kubilai (Kubilai Khan), la princesse Miaoyuan. Cette dernière passait des heures en méditation et prière dans le pavillon de Guanyin, implorant pour l'expiation des fautes de son père. Depuis sa mort, le temple conserve toujours précieusement les reliques de la sainte princesse.

undefinedSi vous continuez la visite en redescendant vers l'ouest, voici donc la partie résidentielle des moines. La zone est en partie privée, mais les appartements érigés pour l'accueil de l'empereur Qianlong sont accessibles. Homme pieux et fortement bouddhiste, Qianlong ne vint pourtant jamais prendre retraite au Temple de l'étant et des muriers sauvages... Mais il reste encore aujourd'hui le kiosque du Jeu des Coupes(Liubei Ting), spécialement construit pour lui.
Le sol du kiosque est creusé d'une petite rigole assez profonde pour laisser s'écouler de l'eau vive. Le jeu avait pour but de s'amuser en convives cultivés. Le premier proclamait un vers, les suivants devaient rapidement trouver la suite, avant que la coupe posée sur l'eau ne soit arrivée au bout de la rigole serpentant dans le kiosque. Celui qui ne pouvait satisfaire le jeu recevait le gage de vider la coupe d'alcool...  Autant dire qu'après quelques coupes, les vers (verres) devaient mieux couler!!! :0036:
Il va sans dire qu'un tel loisir n'était pas pour des moines, d'autant que l'alcool n'entre pas dans les habitudes d'un monastère.

undefinedN'oubliez pas non plus de passer au pavillon des sons agréables (Qingyinge). Là un étrange poisson vous attend.
Taillé dans une pierre de météorite, l'animal s'utilise comme une cloche. A l'aide d'un baton tous les visiteurs chinois prennent plaisir à lui taper dessus pour en faire sortir un son réputé des plus beaux depuis des siècles.
N'oubliez pas que faire du bruit en Chine éloigne les mauvais esprits, alors faire de même ne vous apportera rien de néfaste!

Avant de sortir du temple, à côté du parking, il reste un lieu magnifique a voir : la forêt de stupas.
Plus nombreuses qu'à Yinshan mais certainement moins impressionnantes, les pagodes de Tanzhe Si remontent pour les plus anciennes de la dynastie Liao, jusqu'à celle des Qing. Elles abritent les cendres des grands moines du monastère. Certaines sont encore très dignes, d'autres tombent déjà en ruines.
L'une des plus remarquable est celle de la princesse Miaoyuan avec ses 5 étages.
C'est un lieu calme et souvent oublié des visiteurs, très reposant après les marches du monastère.


undefinedInformations supplémentaires :

Nom chinois du temple : Tanzhe Si (潭柘寺)
Horraires : tous les jours de 8h30 à 17h (ou 18h en été)
Prix de l'entrée : 35 Yuan par personne.
Meilleure période : mi-avril les magnolias sont en fleur. En été, tôt le matin pour éviter la chaleur, mais en hiver par beau temps, le crépuscule ne doit pas y être désagréable!
Comment s'y rendre : bus n° 931 depuis Pingguo yuan (station de métro),
ou bus n°366, n°336 jusqu'à Mentougou puis une navette jusqu'au temple. Le week end le bus touristique n°7 part de Qianmen (sud de la place Tian'anmen, station de métro Qianmen) ou de Fuchengmen (station de métro). Il reste encore la voiture d'un ami chinois ou le taxi...



Bonne visite et Have Fun!!

Partager cet article

Repost 0
Published by Chen Jie - dans Pékin
commenter cet article

commentaires

Lunalithe 23/01/2008 22:15

Alors là... Un temple en pleine montagne, au bord d'un étang et entouré de muriers et de silence... Je veux bien m'y installer pour quelques mois... Peut-être aurais-je ainsi le temps de dessiner tranquillement et de terminer mon histoire, tout en communiant avec la nature... Le bonheur absolu ^^

Chen Jie 23/01/2008 22:20

Surtout que j'ai découvers, en fouinant le net pour mon article, que la forêt autour est pleine de papillons...Je me souvenais qu'Eric avait attrapé son gros grillon sur mon sac à dos, mais pas de papillons... L'étang est en fait un tout petit bassin, mais le temps est très sympa!

Pascaly :0055: 20/01/2008 20:52

Je passais te remercier d'avoir participer à "l'anniversaire du Jour".
Ton pseudo/prénom est programmé pour apparaitre le jour J.
J'ai - en plus -  rajouté un lien vers ton blog.
bonne soirée et courage pour demain ... bisous 
Pascaly

Chen Jie 21/01/2008 16:14

 :0010:  pas besoin de remercier!!

Avis aux lecteurs

Paris-Beijing vous rappelle que les textes et photos de ce site sont tous régis par la loi française et internationale du Copyright.
Ainsi toute reproduction, intégrale ou partielle, sans permission écrite et signée de leur propriétaire est interdite.

Merci infiniment de votre compréhension.

Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

Recherche

Proverbe du jour

« Un ami c'est une route, un ennemi c'est un mur. »

Suivez le guide


Toc toc toc

Qui est là??

Il y a actuellement curieux se baladant sur O-B... et seulement voyageur(s) dans ce coin de Chine!

Référencement