Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 22:07
Après avoir publié dans la langue de Molière le sublime "Art de la Guerre" de Sun Zi mis en images par Li Zhiqing, les éditions du temps reviennent en nous proposant cette fois une oeuvre primée jusqu'au Japon en 2007 : "les trois royaumes".

Encore une fois, Li Zhiqing (avec un nouveau scénariste : Sidao You) s'inspire des classiques de la littérature chinoise.

La période dites des trois royaumes représente la transition entre la dynastie Han (officiellement finie en 220 de notre ère) et la dynastie Jin (qui pris le relais vers 265). Ce temps de combats incessant entre les trois royaumes de Wei 魏, Shu et Wu qui se débattaient la carcasse mourante d'un empire marqua l'histoire au point qu'on en écrivit des chroniques.
La première partie de ces chroniques fut rédigée dès le IIIeme siècle par un certain Chen Shou (
陈寿), passé à la postérité en Chine pour son oeuvre. Il était officier du royaume de Shu, puis à la chute de son royaume il se mit au service de la dynastie Jin. C'est sur cette dernière période qu'il écrivit ses chroniques.
La seconde partie est largement postérieure de deux siècles et fut l'oeuvre de Pei Shongzi. Cet ensemble est connu depuis sous le nom de Sanguo zhi
三国志, "chroniques des trois royaumes".

L'histoire narrée par les chroniques inspira bien des siècles plus tard un autre chinois, il s'agit de Luo Guanzhong
羅貫中.
Se basant fortement sur les chroniques de ses aînés, Luo écrivit "l'Histoire des trois royaumes" (
三國演義 sanguo yanyi), un des romans historiques les plus populaires dès lors en Chine.

Pour ce manga, le titre original de "sanguo zhi" laisse à penser que les deux auteurs ont souhaité s'inspirer principalement des chroniques.

Résumé de l'éditeur :
Au deuxième siècle de notre ère, la Chine est plongée dans le chaos. La dynastie impériale des Han, autrefois inébranlable, est désormais en proie à la corruption et aux querelles intestines. Profitant de la confusion les royaumes de Wei, de Shu et de Wu se livrent une guerre sans pitié pour la domination de la Chine. C'est lors de ces évènements précédant l'unification du pays que Liu Bei, un humble savetier, va connaître un destin hors du commun.

Mon résumé :
Avec la chute des Han et la révolte des Turbans Jaunes, un pouvoir impérial morcelé, usurpé, plus personne ne dirige l'empire et ici et là apparaissent alors un à un les vrais protagonistes de l'Histoire. Cao Cao, ce général à l'ambition dévorante qui dictera bientôt sa loi au royaume de Wei. Lui Bei, issu de peu de chose, par sa vertu deviendra souverain de Shu. Sun Jian, guerrier descendant de Sun Zi  au tempérament explosif fondera le royaume de Wu. Sans compter Yan Shao, Lui Zhang et Zhang Lu et tant d'autres qui se disputent les miettes pour tirer chacun leur épingle du jeu.

Critiques de l'histoire :
"Au commencement était la fin..."pourrait être le sous-titre des Trois Royaumes. A l'image de Shiva qui détruit pour reconstruire, les Trois Royaumes montrent la chute dont naissent ces territoires ennemis et ces guerres intestines. Mais comme toute histoire tirée de chroniques historiques chinoises, elle possède une forte morale. On ne peut oublier la triste réalité, aucun de ces royaumes ne perdurera plus de quarante ans, aucun de ces héros charismatiques (Liu Bei, Cao Cao ou Sun Jian) ne verra son héritage transmit. Les trois royaumes sont donc une leçon d'Histoire aux générations futures, la leçon d'un être charismatique ne peut faire tout de lui-même.

Reste après le côté épique, l'ampleur de l'oeuvre et la complexité de la toile. Pour vous donner une idée du nombre de personnages (et peut-être vous y retrouver pendant votre lecture), vous trouverez une page consacrée dans la Wikipédia aux héros de l'histoire des trois royaumes. Les batailles furent longtemps dans l'Empire du Milieu sujets de discussions et de commentaires aux examens d'officiers. Encore aujourd'hui tout le monde comprend en Chine quand on surnomme un politicien de "Cao Cao", aussi bien que si l'on utilisait directement le mot "ambitieux".

Points forts :

Comme toujours le trait de Li Zhiqing se remarque par son expressivité, sa qualité et sa simplicité à la fois. Des maladresses sont parfois présentent mais rendent l'oeuvre d'autant plus humaine.
Les personnages sont présentés avec un certain réalisme par rapport à la description de leurs caractères propres dans l'oeuvre originale. L'exemple en est du terrifiant et fascinant Cao Cao ou du vertueux Liu Bei, dès la première case de leur apparition les deux héros clament leur rôle avec conviction.
Fidèle à lui-même, Li Zhiqing ne valorisent pas uniquement les hommes ou les gros plans. Même le plus petit détail reste soigné (dans la mesure du possible de l'échelle...), contrairement à d'autres artistes qui soignent plus leurs couvertures que les planches intérieures.

Points faibles :
Peut-être que certains lectureurs critiqueront le choix de traduction partielles des onomatopées, elles restent cependant peu handicapantes au suivi de l'histoire.

La qualité de la première édition du premier tome (visiblement rectifiée dès les suivants)... si l'oeuvre remporte un franc succès vous n'aurez probablement pas ce problème très bénin!

Carte d'identité de l'oeuvre :
Titre français : Les trois royaumes
Titre original : sanguo zhi (三国志)
Dessinateur : Li Zhiqing
Scénariste : Sidao You
Editeur français : Editions du Temps
Collection : Toki
Editeur original : Culturecom Limited (Hong Kong)
Pays d'origine : Chine/Hong Kong
Année de création : 2006
Année de publication française : 2008-2009
Nombre de tomes originaux : 10
Nombre de tomes en français : 4 (en cours)
Prix indicatif : 8,90 EUR


Note aux lecteurs :
Une autre oeuvre traite du même sujet, revu et corrigé par les japonais : Lord.


Bonne lecture et Have Fun!!

Partager cet article

Repost 0
Published by Chen Jie - dans Manhua
commenter cet article

commentaires

Jim Dante 09/10/2009 19:32


Voilà qui me met l'eau à la bouche! J'avais entendu parler de l'histoire au moment où on parlait du film (que je n'ai pas vu), mais le découvrir sous cette forme me paraît plus intéressant, j'ai
l'impression que je pourrais plus m'y plonger...


Chen Jie 09/10/2009 19:35


Le film ne parle que d'un faible moment du roman... impossible de mettre une période aussi complexe en 2h de pélicules!

Tu as aussi le manga "Lord", dont j'ai du parler il y a un an sur le blog, qui traîte du sujet... vu côté japonais!


Arteashow. 09/10/2009 12:03


un book à rendre chèvre, voilà qui est bien tentant ! belle chronique que voilà.
Have a nice day ;)
Arteashow.


Chen Jie 09/10/2009 18:27


Les romans chinois sont toujours truffés de personnages... mais celui-là est le classique des classiques à lire!
Un peu comme Les trois mousquetaires... tiens d'ailleurs le chiffre trois entre aussi dans le titre, amusante coincidence!


A.Nelson Sindfoul 04/10/2009 01:07


Héhé, t'es encore là, c'est cool^^
La lecture de l'article est plus facile avec ce fond neutre.
Puisque tu en parles, j'aurais bien aimé voir une planche de ce manga qui a l'air intéressant.


Chen Jie 04/10/2009 09:28


Malheureusement introuvable (même sur le net chinois... -__-) et mon scanner ne fonctionne plus!
Heureuse de voir que toi aussi tu es vivant... alors que je ne te vois plus sur msn...


Avis aux lecteurs

Paris-Beijing vous rappelle que les textes et photos de ce site sont tous régis par la loi française et internationale du Copyright.
Ainsi toute reproduction, intégrale ou partielle, sans permission écrite et signée de leur propriétaire est interdite.

Merci infiniment de votre compréhension.

Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

Recherche

Proverbe du jour

« Un ami c'est une route, un ennemi c'est un mur. »

Suivez le guide


Toc toc toc

Qui est là??

Il y a actuellement curieux se baladant sur O-B... et seulement voyageur(s) dans ce coin de Chine!

Référencement