Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2007 1 05 /03 /mars /2007 10:12
Image Hosted by ImageShack.usQui n’a jamais entendu parlé de ce film? Ce bijou, encore une fois sorti de l’imagination très fertile d’un réalisateur de Hong Kong, n’a rien à voir avec « Infernal Affairs » ou « Hero », si ce n’est un ou deux acteurs en commun. Primé à Cannes en 2000, César du meilleur film étranger en 2001, encore une fois Wong Kar wai, le réalisateur de "Chungqing Express", "As tears go by", "Happy Together" etc, c’est fait remarqué par son nouveau chef d’œuvre, certainement son plus grand film à ce jour, « In the Mood for Love ».

L’histoire est simple et c’est bien là le plaisir du spectateur. Une trame cousue de fil blanc pour un film intimiste, secret. N’y venez pas pour l’action, vous seriez déçus, regardez le pour l’atmosphère. L’époque choisie, par cet observateur de la société chinoise qu’est Wong Kar Wai, est le début des années 60 dans un Hong Kong surpeuplé, déjà, avec une crise du logement. Pour reconstitué les vieilles habitations d’alors, inexistantes aujourd’hui sur l’île, il a fallut aller filmer en Thaïlande. Mais qu’importe, pour ce que l’on voit de l’architecture, se sont surtout les murs délabrés de l’escalier que descend si souvent l’héroïne, Mme Chan, où elle croise quotidiennement son voisin, Mr Chow.

Mais ce cadre simpliste ne met que mieux en valeur les robes sublimes de Mme Chan, alias Maggie Cheung, et ce côté familiale recomposé qui se crée alors entre les habitants de ces appartements surpeuplés.

Car dans les années 60, Hong Kong est alors un petit coin de Chine anglaise. Pour les chinois du continent qui fuient le gouvernement communiste de Pékin, ce territoire britannique est un Paradis. Un paradis parfois dure à atteindre. La plus part de ses habitants d’alors sont nés ailleurs, souvent d’une région du Sud de la Chine. Et lorsque l’on cherche à se loger, l’une des premières questions est : d’où êtes-vous originaires ? A cette époque, par manque de place et des loyers souvent trop chers, les familles qui se retrouvent avec une chambre libre, suite au départ d’un fils par exemple, n’hésitent pas à louer ce petit espace à des jeunes couples. La promiscuité est alors certaine, mais avec le côté pudique des chinois, ils apprennent toujours à faire avec.

Et pour vous résumer l’histoire, c’est ainsi que commence le film :
1962, Hong Kong, Mr Chow cherche un logement. Alors qu’il vient en réponse à une petite annonce, il arrive trop tard, croisant dans l’escalier la jeune femme qui vient de lui souffler sous le nez la chambre libre du quartier. Mais la propriétaire, bonne âme, lui conseille d’aller sonner à la porte de son voisin, leur fils vient de se marier, leur laissant une chambre de libre.
Quelques jours plus tard, Mr Chow emménage en même temps que la jeune femme qui a loué la chambre d’à côté, Mme Chan…
Progressivement, le film nous fait découvrir la vie de chacun, Mr Chow délaissé par une épouse un peu volage qui lui donne l’excuse de rentrer tard du travail, Mme Chan oubliée par un mari qui part trop souvent en voyage d’affaires au Japon. Alors, petit à petit le doute s’installe. Alors la solitude rapproche les deux âmes perdues qui deviennent confidentes…

Si vous aimez habituellement les films pour leurs actions et la rapidité des faits, peut-être n’aimerez-vous pas ce film. Tout y est calme, lent, envoûtant, intimiste… de l’histoire à la musique en passant par les dialogues des acteurs. Si par contre, vous aimez Wong Kar wai et ses études de la société chinois à toutes les époques ; si une histoire d’amour sans le moindre baiser filmé, sans le moindre mot d’amour prononcé ne vous effraye pas, alors vous aimerez. Pour rendre encore plus secret ce univers qu’il nous dévoile, le réalisateur à fait un choix esthétique, peut-être discutable pour certains, mais qui ajoute à l’atmosphère… On ne voit jamais le visage de Mme Chow ni celui de Mr Chan, toute la magie de l’interprétation revenant aux deux personnages principaux.

Pour un peu plus d’informations voici une petite carte d’identité du film :
Titre anglais et français : In the Mood for Love
Titre chinois : Fa yeung nin wa (花樣年華)
Année : 2000
Réalisateur : Wong Kar wai
Acteurs : Tony Leung, Maggie Cheung
Musique : Michael Galasso et Shigeru Umebayashi (disque d’or en France), entre autres quelques vieux morceaux de Nat King Cole.
DVD français : TF1 vidéo. (Le plus de ce DVD n’est pas dans les bonus, pour moi, mais dans la possibilité de voir ce film en … mandarin !! Chose assez rare sur les DVD des films de Wong Kar-Wai en France, puis que généralement les éditeurs européens se contentent d’une version originale : le cantonais !

Et pour le plaisir des yeux, comme des oreilles... voici pour vous un trailer du film :
Have Fun!!!

Partager cet article

Repost 0
Published by Chen Jie - dans Cinéma chinois
commenter cet article

commentaires

Gnette 04/03/2008 14:31

Huuuuuuuummmmmmmmmmf (soupir de béatitude)

Chen Jie 04/03/2008 14:36

Oui, je comprend très bien!!! ^__^

D&D 22/09/2007 03:04

Pardon d'être allé un peu vite... Je pensais aux "Fleurs de Shangaï", alors qu'évidemment la majorité de son oeuvre est à Taïwan, même si elle s'ouvre aussi sur le Japon et aujourd'hui la France. Je comprends qu'on n'accroche pas. Moi, je ne m'ennuie pas une seconde. Ou alors pas dans un sens déplaisant, mais bien vivant.

Chen Jie 22/09/2007 09:08

Pour "Fleurs de Shanghai" je ne l'ai pas vu, mais j'ai vu celui qui est le plus célèbre de ses films : "Un temps pour vivre, Un temps pour mourir." qui est une grande fresque historique de la vie d'une famille chinoise qui fuit la Chine continentale en 1949 en suivant les nationalistes à Taiwan... et j'avoue qu'au bout d'une heure j'ai arrêter de dvd, je n'en pouvais plus... Je préfère largement certains films de Ang Lee, aussi de Taiwan, comme 'Salé sucré'....

D&D 21/09/2007 17:33

Rebonjour !
Je commence la découverte de ton blog... par l'endroit qui m'est le plus cher.
Je ne connais pas la chine mais ça m'intéresse vraiment, et vraiment grâce à Won Kar Wai précisément, et Hou Hsia Hsien, et Jia Zhang Ke... je crois eux avant tout. Et puis maintenant, il va y avoir toi !

Chen Jie 21/09/2007 17:39

Hou Hsia Hsien est de Taiwan, donc c'est plus de Taiwan qu'il traite dans ses films... pas de la Chine que je connais! J'avoue m'être endormir devant l'une de ses oeuvres et du coup ne pas avoir de courage de retenter, je préfère largement Zhang Yimou et Wong Kar Wai! ^__-

betty-calimero 05/03/2007 12:34

ce film est sublime!!!
je l'adore!
biz

Avis aux lecteurs

Paris-Beijing vous rappelle que les textes et photos de ce site sont tous régis par la loi française et internationale du Copyright.
Ainsi toute reproduction, intégrale ou partielle, sans permission écrite et signée de leur propriétaire est interdite.

Merci infiniment de votre compréhension.

Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

Recherche

Proverbe du jour

« Un ami c'est une route, un ennemi c'est un mur. »

Suivez le guide


Toc toc toc

Qui est là??

Il y a actuellement curieux se baladant sur O-B... et seulement voyageur(s) dans ce coin de Chine!

Référencement