Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2007 7 15 /07 /juillet /2007 13:12
Pour mettre à jour cet article, voila le début :

Comment débuter en chinois?

Le mieux, en général, est de commencer le plus jeune possible!

Pourquoi? Car notre oreille reste fine jusqu'à nos 20 ans environs, puis sa finesse se détériore petit à petit, et ne se reforme pas...
Selon chacun, l'oreille devient "dure" plus ou moins vite. Ce qui fait qu'une langue étrangère apprise jeune sera certainement mieux parlée. Ce n'est pas une règle sans exception, l'assiduité fait aussi le reste, la volonté, les affinités qu'on trouve avec cette nouvelle langue et sa culture!

L'autre soucis est que le chinois n'est pas une langue latine...
Non! Vous ne le saviez pas?! ^__^
C'est une langue tibéto-birmaine, sans alphabet et avec des sons très différents des nôtres. Certains sons sont plus riches que les nôtres, les sons "ch" par exemple, d'autres sont bien plus pauvres! (pas de "rrr" à proprement parler...) Certains sons sont simples à notre oreille et à notre bouche à reproduire, d'autres sont si complexes qu'en général les étrangers n'arrivent pas à les reformer véritablement!

C'est la raison pour laquelle je vous conseille vivement de choisir un professeur en chair et en os, plutôt qu'un logiciel standard qui ne sera peut-être au point pour vous!


Par où commencer?

Comme toutes langues, on commence en général par la prononciation!
En chinois, en mandarin comme en cantonnais, elle est primordiale car avec une certaine variation.
Et oui, je ne vous l'ai peut-être pas encore dit mais le chinois possède des tons! Qu'est-ce donc cela?
Une autre chose qui n'existe pas chez nous! Chaque mot, chaque caractère chinois a une prononciation propre... Mais le problème est qu'il en existe tellement et que la phonétique chinoise est assez pauvre, alors les tons permettent de différencier les homonymes. Et ce n'est pas une mince affaire.
Pour le mandarin, aujourd'hui la phonétique officielle s'appelle Pinyin, je vous en mettrai les fondements très bien en ligne. 

Puis viendra forcément l'écrit... Et là on commence avec les caractères les plus simples, les chiffres, les mots basics. Comme un petit chinois qui entre en école élémentaire, il faut tracer, tracer et tracer autant de fois possible le caractère pour le mémoriser et surtout mémoriser le sens des traits. C'est comme si vous retourniez au CP, mais à la place de lettres, vous aller faire des lignes de caractères. Bon courage pour le poignet! ^__-

Niveau grammatical, le chinois est assez pauvre, c'est une langue d'images, pas de construction au départ. Avec le temps, la construction s'est imposée. Si d'un point de vue globale la grammaire n'est pas aussi complexe que celle du français ou de l'allemand, voir même du japonais, elle est très différente de celle des langues latines. Elle peut donc vous dérouter par son côté "petit nègre", décousue, sauvage...
Les verbes ne se conjuguent pas, les mots n'ont pas de pluriel sauf certains noms (les pronoms, les sujets ou compléments des phrases sont "plusieurs"). Mais voila, certaines constructions complètement opposées aux nôtres existent et ne sont pas toujours aisées à comprendre, le "le" de l'accomplissement à la fin d'une phrase, celui du passé, les différentes formes d'exprimer le futur... Il y a de quoi s'y perdre si tout cela n'est pas correctement expliqué.

Ce sont souvent des soucis que ne connaissent pas les débutants mais ceux qui arrivent au stade de parler plus facilement, plus couramment.
Surtout ne partez pas avec l'idée que le chinois est une langue trop difficile, c'est une erreur... mais ne pensez pas qu'elle est plus simple que le français, cela ne vous aidera pas plus. L'idée que la langue française est la plus dure au monde est un égocentrisme français dépassé!!  -___-


Les meilleures méthodes...

Il en existe de plus en plus... A vrai dire, j'ai commencé le chinois à une époque où les méthodes francophones étaient très rares, voir qu'il devait en avoir qu'une poignée!
Aujourd'hui, ce n'est plus le cas. Les meilleures sont, sans aucun doute, les méthodes anglosaxonnes. Je me souviens d'une de Hong Kong qui selon mon professeur (bonjour Iljic 老师) était la meilleure sur le marché... couverture bleue et blanche, je vais la rechercher!


En attendant, dans celles que je connais, je vous conseillerai bien une que j'ai contribué à testé (non, je n'en suis pas l'auteur, juste un des cobaye à l'INALCO!) : Image Hosted by ImageShack.us

- "Méthode de chinois, premier niveau" de wu yongji, Liu Hong et Isabelle Rabut, édité par l'Asiathèque.
La méthode du commerce comprend un livre de 14 leçons et 5 cd d'accompagnement... Je ne saurai dire si elle est praticable en solo, l'ayant testé en cours, avant qu'elle soit commercialisée.




Une autre méthode, plus ancienne, celle de Joël Bellassen :
Image Hosted by ImageShack.us
- "Initiation à la langue chinoise" de Joel Bellassen, éditions You Feng.
Il s'agit de la méthode de l'université de Jussieu, Paris VII, écrite par son imminant professeur... Elle existait déjà quand j'ai débuté, elle n'est pas la meilleure, elle n'est peut-être pas la pire.
La suite éxiste avec une couverture de couleur différente pour le chinois confirmé!
J'ai utilisé un temps donné cette méthode comme appoint de mes cours au lycée... et les leçons ne m'ont jamais accrochés! C'est bien simple, je l'ai revendu. Mais chacun réagit différemment!



La dernière méthode, dont je vais vous parler maintenant, je ne connais que de (re)nom.
Image Hosted by ImageShack.us
- "C'est du Chinois" de Monique Hoa,  éditions You Feng.
Le premier manuel est en deux volumes, vendus ensembles : "Comprendre et parler I" et "Lire et écrire I". Un deuxième manuel, de niveau intermédiaire existe aussi, toujours en deux volumes (leçons et exercices).
Selons certains, il semblerait qu'au jour d'aujourd'hui, ce soit la plus au point des méthodes francophones!




Bien entendu, vous connaissez tous les méthodes Assymil. Je ne les conseillerai pas vraiment, tout du moins celle du chinois en 40 leçons!! Pourquoi? J'ai connu, de son vivant, l'auteur... Qui lui-même se ventait de ne pas être compris des chinois en Chine!!
Si la blague peut-être drôle, quand on a connu le bonhomme, paix à son âme tout de même, ça n'étonnait pas grand monde! Et dire qu'il a été professeur à l'INALCO... Ne me demandez pas son nom, je ne le donnerai pas, j'ai tout de même un minimum de respect pour lui.
Cependant en règle général, une méthode, aussi bonne soit-elle, ne sera vraiment efficace qu'avec un professeur efficace!

Sur ce, à vos pinceaux!


J'espère que cet article saura vous diriger dans vos débuts et vous sera utile.
Si jamais vous avez un conseil à souffler aux autres, une remarque, une méthode, un cours à conseillé... les commentaires sont là pour vous!
Bon dimanche!

Have Fun!

Partager cet article

Published by Chen Jie - dans Le Chinois
commenter cet article

commentaires

Le Xiao Long 17/07/2007 07:08

Hé non ! Ce n'est pas le Père Matteo Ricci (bien que je ne me souvienne plus à quel âge Ricci a appris le chinois...)

C'est beaucoup plus récent.... allez, je te laisse des indices :

Il est anglophone et des chercheurs travaillent encore sur son encyclopédie.... hi hi hi ! N'oublie pas que dans mon cursus, je me suis intéressé aux techniques de fabrication...

Je suis certain que tu finiras par trouver ;)

Chen Jie 18/07/2007 07:54

Je donne ma langue au chat...

Le Xiao Long 16/07/2007 10:02

Ha ! Apprendre le Chinois ! Quel drôle d'idée ;)

C'est vrai, c'est une langue tonale... j'ai toujours été impressionné par Viviane Alleton qui, à cause d'un problème d'oreille, n'entend pas la musicalité des langues ! Brillante sinologue pourtant ;) Son truc : parler très très vite ;)

Allez, rien que pour t'embêter, encore une exception, en forme de devinette... Qui est devenu un très grand sinologue mondialement connu en apprenant le Chinois vers 40 ans ? Alors ! Hein ? C'est qui ?

Chen Jie 16/07/2007 17:59

Matteo Ricci non?Mais comme je l'ai dit, si on veut on peut... l'âge est une barrière naturelle, mais elle peut être contrée! ^__-

vita 15/07/2007 17:47

une des difficultés est la mémorisation des idéogrammes et aussi leur reproduction.VITA

Chen Jie 15/07/2007 18:19

oui, mais cela vient après...Les idéogrammes n'ont rien à voir avec la langue parlée. On peut très bien ne pas savoir lire mais savoir parfaitement parler le chinois!

Love Japan 15/07/2007 14:07

je ne suis pas encore assez courageuse pour apprendre le chinois....mais très joli blog en tout cas!

Chen Jie 15/07/2007 14:28

Je ne sais pas s'il s'agit de courage, de volonté ou tout simplement de passion... ^__- merci du compliment en tout cas, faiseuse de poupées!

daniel 15/07/2007 14:04

j'ai p'être passer l'age , pour mon oreille ;)

Chen Jie 15/07/2007 14:27

ça dépend de chacun et du courage qu'on y met!!j'ai connu un vieux monsieur, plus de 70 ans, qui s'y est mi un jour parce que son fils avait épousé une chinoise... et pour pouvoir parler avec sa belle fille et ses parents quand il leur rendait visite à Pékin...C'était l'une des plus belles raisons!! Et chemin faisant, il y arrivait!!

Avis aux lecteurs

Paris-Beijing vous rappelle que les textes et photos de ce site sont tous régis par la loi française et internationale du Copyright.
Ainsi toute reproduction, intégrale ou partielle, sans permission écrite et signée de leur propriétaire est interdite.

Merci infiniment de votre compréhension.

Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

Recherche

Proverbe du jour

« Un ami c'est une route, un ennemi c'est un mur. »

Suivez le guide


Toc toc toc

Qui est là??

Il y a actuellement curieux se baladant sur O-B... et seulement voyageur(s) dans ce coin de Chine!

Référencement