Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 14:30
Episodes précédents : un, deux et trois. Il ne nous reste plus qu'à visiter la pièce à vivre, la chambre qui faisait aussi office de bureau et salle à manger...


Le grand lit, contrairement à ce qu'il peut sembler sur la photo, est bien chinois. Le sommier est fait d'une caisse de bois sur laquelle un matelat fin de 2 cm d'épaisseur est fixé par des élastiques.
Sur le tout on dépose un grand drap et voila pour dormir!! ^__-

Du fait de ses lits au matelat presque inexistant, les housses de couettes n'ont pas de "pied" à glisser sous le matelat. Cela provoque forcément la surprise quand on est habitué en France à ne pas avoir l'air qui passe par les pieds si on tire trop sur la dite couette!!

La déco, comme vous pouvez vous en rendre compte, fut totalement improvisée et personnelle. Je n'aime pas les murs blancs (surtout quand la peinture date... et que de blanc ils sont plus gris!) et je ne trouvais pas de posters de ciné, de déco digne de ce nom... alors quelques pochettes de dvd locaux, un rouleau de scotch et j'ai presque fait tous les murs!! :0036:


Le bureau étant très petit, il ne contenait que mon pc portable et le téléphone chinois (très très beau... rah je ne l'ai pas immortalisé en photo, quel dommage!).
Restait une table (si propre que j'ai courru chercher une nappe au supermarché), un aquarium dont je ne savait que faire, une armoire et une bibliothèque qui s'est vite révélée un peu juste pour mes quelques livres.

Les papiers rouges que vous pouvez apercevoir sur les fenêtres sont des "papiers découpés", art chinois servant principalement à décorer les maisons chinoises au moment des fêtes de nouvel an. Comme 2006 était l'année du chien, vous avez deux chiots sur la fenêtre centrale, un gros bonheur sur la porte du balcon... et comme Chen est une amoureuse des chats, deux chatons sur la fenêtre de gauche!! ^__-


Pour finir, je n'ai pas de photo mais vous pouvez le deviner, j'avais un superbe balcon fermé. Très utile pour faire sécher le linge, mais réduisant d'autant la luminosité dans l'appartement.
Autre détail, les volets n'existent pas en Chine et j'avais en face de mes fenêtres une vue immanquable sur l'enseigne rouge et énorme de l'Hopital de la Marine... et les rideaux n'y faisaient pas grand chose. Depuis ce temps, je peux dormir même avec un spot en pleine face toute la nuit!!


Voila, la porte se referme sur l'appartement 519. J'espère que la visite vous aura plus, vous pouvez encore admirer l'enfilade de compteurs électriques dans le couloir, ou la poussière des escaliers! ^__-

Have fun!
Customer Reviews at eShopperForum.com

Repost 0
Published by Chen Jie - dans Chine d'aujourd'hui
commenter cet article
11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 16:20
Tous ceux qui connaissent bien les chinois le savent certainement, on ne peut trouver plus joueur qu'un chinois!!

Ce n'est pas pour rien que Macao, ville casino, se lance (depuis 2002) à la conquête du titre de capitale mondiale du jeu (aujourd'hui encore détenu par Las Vegas... ). Si les chiffres (le 8, le 9...) ont leur importance pour parier sur les chevaux (principal jeu importé par les anglais et qui passionnent les turfistes de Hong Kong) et le loto, dès qu'il y a un jeu les chinois sont partants, l'argent aidant.

Joueurs de Xiangqi sur un marché du district de Yingxian, proche de Datong, province du Shanxi, Mars 1993.


Dans les rues, les parcs, les coures d'immeuble, sur les marchés, cela met toujours un peu d'animation et fait aussi passer le temps. Cela ne vous étonnera donc pas que la Chine ancienne soit le berceau de jeux comme le Go (围棋 Weiqi), le Mahjong ( Majiang) ou encore les échecs chinois (象棋 Xiangqi, littéralement "les échecs des éléphants").

Joueurs d'échecs sur un trottoir à Pékin, quartier Haidian, proximité du parc des Bambous Pourpres, 2005.


Ici, c'est du Xiangqi qu'il est question. Il se joue à deux sur un tableau de 9 lignes de large pour 10 de long, avec 16 pièces par joueur. Chaque pièce ne se situe pas sur une case, comme dans les échecs classiques, mais sur les intersections de lignes (comme les pierres de Go finalement...).
Au lieu du noir et du blanc des échecs classiques ou du jeu de go, les adversaires se différencient avec des pièces marquées de rouge ou de bleu (parfois noir à la place du bleu).

Les 16 pièces portent un caractère (gravé dessus) différent selon qu'elles sont rouges ou bleues, il arrique que la prononciation soit semblable.
-Le général, ou le roi : Pour les rouges c'est "shuai" (帥) et pour les bleus c'est "jiang" (將).
-Les 2 gardes, ou mandarins : Ils se nomment "Shi" dans les deux camps, (仕) pour les rouges et (士) pour les bleus.
-Les 2 ministres, ou éléphants : "Xiang" (相) pour les rouges (ministres) et "xiang" (象)  pour les bleus (éléphants).
-Les 2 chevaux : ils portent le même nom de chaque côté, (马) "ma".
-Les 2 chariots : Ils portent le même nom dans chaque camp (车) "ju".
-Les 2 canons et bombardes : ils se nomment "pao" (炮) chez les rouges et "bao" (砲) chez les bleus.
-Les 5 soldats (ou bandits) : "bing" (兵) chez les rouges et "zu" (卒 = bandit) chez les bleus.


Historiquement les jeux d'échecs chinois remonteraient au VIeme siècle et seraient l'un des probables ancètres des échecs classiques, ainsi que du "shoji" japonais. La Corée possède une version légèrement différente nommée : Janggi.

Pour tout savoir des règles du jeu, je vous invite à lire l'article de la Wikipédia.


Have fun!
Repost 0
Published by Chen Jie - dans Chine d'aujourd'hui
commenter cet article
8 avril 2008 2 08 /04 /avril /2008 12:30
Voici la suite du "reportage" à épisode de la vie à la chinoise à Pékin. Pour suivre dans l'ordre : épidode 1 et épisode 2. Ces photos sont bien entendues celles de mon appartement et ma propriété...


Après la cuisine et la salle de bain, le couloir conduit donc à une petite pièce centrale pas très pratique... C'est ce que je nommerai un salon. Comme la cuisine n'avait pas de prise électrique, c'est là que se trouvait le frigo, qui avait du connaitre la Révolution Culturelle, le four à micro-onde et mon grille-pain.

Au dessus du merveilleux frigo vert, vous aves aussi une petite collection de mes boites à thé... Et dans le meuble sous le micro-onde, vous pouvez apercevoir ma théière et mes tasses (sans anse puisque chinoises).

Pour la première fois vous pouvez admirer cette merveille de la civilisation communautaire qu'est le chauffage central surchauffé chinois. Mon père, qui a vêcu en Russie à l'époque de l'URSS, m'a confirmé que les russes utilisaient la même technique, c'est à dire un radiateur en fonte ridiculement minuscule mais chauffé à blanc (on aurait pu faire chauffer la bouilloire dessus je pense...).
Le résultat donne un radiateur où l'on ne pose rien en hiver, peu gracieux et un appartement glacial dès qu'on est loin de la "forge"! Voir surchauffé les jours de redoux.

Et je ne vous parle pas du gouffre énergétique qu'est un tel système. On ne peut réduire la chaleur dans les appartements et la chaufferie collective, située non loin, doit consommer comme un haut-fourneau. Ces barres d'immeubles construits dans les années 60 à 90 se remarquent en Chine et en particulier à Pékin par leurs hautes cheminées que l'on prend pour celles d'usines.

Le radiateur est derrière la chaise pliée ^__-

En règle général, les intérieurs chinois sont surchauffés en hiver et sur-refroidis en été.
La raison est tout de même due à un climat d'extrêmes. Pékin en hiver est sous les vents venus du Gobi, les lacs gèlent et on y fait du patin. L'été c'est une chaleur suffoquante et humide de mi-mai à mi-aout...
Mais la collectivité et le prix très bas des énergies comme charbon, gaz ou électricité n'incitent pas les chinois aux économies.

L'armoire dans le coin à gauche était mon placard à manteaux... vêtements hautement important à Pékin en hiver!
A droite de la photo, vous pouvez entre-apercevoir la pièce principale qui était à la fois ma chambre, mon séjour et mon bureau...
Mais cela fera partie de l'épisode 4!! ^__-


Bonne visite et have fun!
Customer Reviews at eShopperForum.com

Repost 0
Published by Chen Jie - dans Chine d'aujourd'hui
commenter cet article
5 avril 2008 6 05 /04 /avril /2008 22:23
Vous êtes entrés au 519, alors maintenant à vous la visite de mon petit chez moi!

Un appartement chinois c'est avec une porte avec une grille de sécurité, des fenêtres à la luminosité réduite et des murs si bien isolés que vous entendez le voisin rôter ou se racler la gorge...

Pour vous guider dans ce que vous aller voir, voici un petit plan fait maison de mon appartement.

Commençons par la cuisine. Si en France l'utilisation de plaques électriques est assez démocratisé, voir très courant, en Chine c'est l'empire du gaz! Tout fonctionne au gaz et les gazinières sont à la taille du pays... avec des feux énormes!

La hotte et la gazinière... chinoises!

Oui, Chen Jie n'avait pas fait sa vaisselle...

L'autre gros détail chinois des cuisines, la cuisine (surtout au Nord) est grasse. Les chinois n'achètent pas l'huile en bouteille d'un litre mais en bidon de 5 minimum. Les hottes sont imbibées de graisses et s'emflammeraient en un rien de temps en cas d'un feu de cuisine. Après on comprend que la propreté ne soit pas toujours la chose la plus importante pour les chinois quand ils visitent un appartement...

Après la cuisine venait la salle de bain... Mais malheureusement vous n'aurez pas de photo. Il faut dire que vu sa surface de quelques deux mètres carrés, elle n'était pas très photogénique.

La douche en Chine n'est souvent installée que dans les appartements modernes, tout comme les toilettes avec cuvette où s'assoir (autrement c'est un turc...), ou encore la baignoire. Mon immeuble datait facilement des années 60-70, alors le système était fait maison!
Un tuyau venu de la cuisine apportait l'eau chauffée par le chauffe-eau gaz. Pour avoir une eau à la bonne température, il fallait programmer à l'avance la température du chaffe-eau dans la cuisine... Très pratique! ^__-


Voila, les curieux devront attendre les prochaines photos, l'épisode 3... ^__-

Bonne soirée et have fun!
Customer Reviews at eShopperForum.com

Repost 0
Published by Chen Jie - dans Chine d'aujourd'hui
commenter cet article
4 avril 2008 5 04 /04 /avril /2008 14:25
Certains le savent déjà, j'ai passé une bonne année en Chine, à Pékin. Isolée dans un immeuble totalement habité que par des chinois, ne parlant que chinois, pour beaucoup voyant une européenne loger à côté de chez eux pour la première fois, j'ai du me faire à un quartier très très populaire et pas toujours très clean...

Vue de mon quartier depuis mon appartement

Pour la première fois, je vous offre quelques photos d'un appartement chinois, mon appartement. Ce n'était qu'un simple deux pièces, où je vivais seule. Mais imaginez-vous que souvent ce sont des familles de trois ou quatres personnes qui peuvent y vivre.

L' appart, ce fut le 519, "wu yao jiu" (5 - 1 - 9), comme on dit en Chine. Comme le "cinq" l'indique, c'était au cinquième... sans ascenseur. Petite note tout de même, le 5eme étage à Pékin c'est ce qui est le 4eme chez nous, le rez-de-chaussée c'est le premier étage pour les chinois.

Aujourd'hui, je vous ouvre la porte... ^__-


Have Fun et voici la suite!
Customer Reviews at eShopperForum.com

Repost 0
Published by Chen Jie - dans Chine d'aujourd'hui
commenter cet article
21 février 2008 4 21 /02 /février /2008 20:25
Déjà quinze jours que nous sommes dans l'année du rat et la Fête des Lanternes est là. C'est cette nuit qu'en Chine se cloture la période de festivités qui suit le nouvel an lunaire.

Raviolis, ronds comme la pleine lune qui se dresse dans notre ciel, feux d'artifices, pétards et lampions vont égaillés la nuit des villes chinoises. Et demain les fêtards devront pour autant retourner travailler, car les vacances nationales sont finies (sauf pour les écoliers et étudiants...) depuis déjà une bonne semaine. 

lanternes-copie-1.jpg
Le calme va enfin reprendre progressivement le dessus en Chine, et pour de nouveau faire la fête, il faudra attendre janvier 2009. Bien qu'entre temps les JO seront certainement l'objet de bons nombres de pétards allumés dans les rues et ruelles du nouvel Empire du Milieu.

Pour retrouver l'article détaillé sur la Fête des Lanternes, cliquez sur l'image ci-dessus ou sur le lien suivant : Yuan Xiao Jie.


Bonne fête et Have fun!
Repost 0
Published by Chen Jie - dans Chine d'aujourd'hui
commenter cet article
16 février 2008 6 16 /02 /février /2008 16:00
undefinedTraditionnellement en Chine, on ne fêtait pas l'anniversaire des enfants, des amis, parmis les gens du peuple. Une fête aussi importante que souhaiter un an de plus à quelqu'un se trouvait réservée aux grands (qui savaient compter, dont la date de naissance était une chose importante et notée pour s'en rappeler).

A partir d'un certain âge, il était normal de vénérer une personne considérée comme "aînée", "sage", "exemple"... Les chinois assez cultivés se souhaitaient entre eux des voeux de longévité, s'offraient des pêches (le fruit de l'immortalité des vergers de la Reine-Mère d'Occident dans les légendes chinoises) et des breloques de jade, voir une calligraphie... du caractère Longévite (Shou 寿).

A la coure on n'oubliait jamais la date pour l'Empereur lui-même, l'impératrice parfois et la mère de l'Empereur. Ce sont d'ailleurs ces cérémonies qui sont passées à la postérité. Certains hommes sages ont fait souvent des voyages interminables pour venir saluer le fils du Ciel à ces occasions.

C'est le cas sous le règne de Qianlong (dynastie des Qing, 1736-1796), le Bainqen Lama (VIeme réincarnation) fit le déplacement depuis son Tibet d'origine pour saluer le vénérable empereur en 1780. Mais affaibli par le voyage, il mourrut la même année à Pékin, sans avoir le temps de s'en retourner. De ce triste cadeau d'anniversaire, il reste la pagode érigée sur ordre de Qianlong à la mémoire du saint homme, dans la banlieu nord-est de Pékin et refermant les vêtements du sage (ses cendres étant retournées au Tibet avec ses compagnons).

D'autres témoignages de cadeaux fastueux se retrouvent de manière plus classique dans les parcs et palais de Pékin.
C'est encore Qianlong, grand empereur batisseur des Qing, qui marqua le renouveau du Palais d'été de Pékin, celui que les chinois nomment Yiheyuan.

Pour fêter le soixantième anniversaire de sa mère, Ninhulu, l'empereur fit réaménager cet espace de pavillons autour d'un lac, utilisé depuis la dynastie Jin. Ninhulu étant originaire de la Chine du Sud et aimant particulièrement les paysages si beaux des villes comme Suzhou ou Hangzhou, le palais fut recréé autour du paysage lacustre qu'offrait le lac Kunming et on lui donna le nom de "Qingyiyuan" (en parallèle à Yuanmingyuan plus haut, le palais d'été de Qianlong).
Malheureusement, il y eu 1860, et les troupes franco-britanniques ravagèrent les lieux. Yuanmingyuan fut laissé telquel et reste aujourd'hui un tas de ruines, mais Qingyiyuan ayant la préférence de Cixi, il fut reconstruit. Depuis il se nomme "Yiheyuan".


undefinedAujourd'hui, en Chine, on fête bien plus facilement les anniversaires qu'autrefois, sans pour autant faire construire un palais pour l'occasion!!
Toutes les "patisseries" de Pékin à Shanghai, en passant par Xi'an ou Hong Kong, vous offrent de magnifiques gateaux ornés de pêches, de grues cendrées, de fleurs ou du traditionnel caractère shou (longévité) en crème multicolore.
Ils sont incontestablement visuels, pour autant, ont-ils du goût? Je me le demande...

Pour l'occasion vous pouvez aussi offrir une bonne bouteille. Pas de champagne mais du vin ou de l'alcool, cela se fait de plus en plus souvent et de plus en plus chez les jeunes...
Le whisky a la côte chez les étudiants, le vin rouge s'offre plus facilement quelques années plus tard, et les alcool forts chinois ou français, comme le mutai ou le cognac, font toujours partie du cadeau idéal des "aînés" (plus que des "aînées"!!) quand on a les moyens.
Attention les fleurs ne s'offrent que très rarement en Chine, pas forcément pour un anniversaire. La Saint Valentin est l'occasion de voir tous les chinois se promener avec un bouquet à bout de bras (comme s'ils portaient la flamme olympique!). Les marchands se croisent rarement le reste de l'année.

La tradition ayant souvent le vent en poupe en Chine, sous un courant d'air de modernité, les bracelets, colliers, pendentifs et autres breloques en jade de plus ou moins bonne qualité, et parfois en plastique ou en verre, reviennent à la mode. Pour peu qu'il y est le caractère Shou gravé dessus (ou incrusté dedans) et c'est la babiole idéale pour l'anniversaire de votre meilleure amie. Bien qu'un CD de Jay Chou ou de musique américaine soit toujours dans le coup...
Malheureusement, avec les montées de propos anti-japonais de ces dernières années, le CD de J-pop sera potentiellement moins apprécié!!

Le cadeau ne plait pas?
Si de nos jours chez les plus jeunes ce n'est plus une honte de dire ce que l'on pense, traditionnellement on ne montrait aucune émotion, voir même on ouvrait le paquet en privé, une fois l'invité reparti. L'occidentalisation marquant les jeunes générations, la spontanéité aura la prédominance sur la réserve enseignée par les plus âgés. Pour autant, quand on veut éviter de faire une faute de goût, en Chine il existe l'enveloppe rouge. On en trouve surtout pour le nouvel an, mais une simple petite enveloppe généreusement garnie d'argent liquide fera autant plaisir que la babiole qu'on resortira du placard pour l'offrir à sa grand-mère.

undefinedQue vouyez-vous là? Horreur! Des chauves-souris autour d'un caractère illisible?

Mais non, il s'agit d'un des nombreux jeu de mot qu'adorent les chinois. La chauve-souris se prononçant "bianfu" (蝙蝠), ou traditionnellement juste "fu", le son est identique (deuxième ton) que le bonheur (福).

En représentant les chauves-souris autour du caractère "shou", on souhaite ainsi bonheur et longévité à la personne.

C'est un des motifs qu'on retrouve notamment au palais d'été (Yiheyuan), reproduit par Cixi mais originellement présent pour la mère de Qianlong.

Si vous voyez en Chine des chauves-souris représentées sur un vêtement, un mur-écran (derrière une porte) ou un bijou, cela appelle le "bonheur" par son homophonie. On le retrouve dans les décorations de mariage et d'anniversaire.

Voila après tout ce débalage culturel, certains et certaines vont se demander la raison soudaine d'un tel article...
Et bien il se trouve qu'aujourd'hui est la date anniversaire de la naissance d'une des pires plus adorables blogueuses que je connaisse. Elle vient de souffler ses 30 bougies et souffre d'avoir pris un tel coup de vieux. Dans ma grande bonté et mon infinie générosité, j'ai voulu enfoncé le clou marqué le coup. Alors tous avec moi, souhaitez un joyeux anniversaire à notre vieillissante merveilleuse Cali!!

----.jpg
Repost 0
Published by Chen Jie - dans Chine d'aujourd'hui
commenter cet article
22 janvier 2008 2 22 /01 /janvier /2008 12:27
pots-vin.jpgAujourd'hui pour la Saint Vincent, fête des assemblages dans quelques vignobles de France (Champagne et Bourgogne en particulier!), je vous propose un article sur le Vin en Chine...

Dans sa course vers la modernité, la Chine d'aujourd'hui se tourne de plus en plus vers les mondes du luxe et des plaisirs occidentaux. Mais pour autant, auriez-vous imaginé que l'Empire du Milieu connaissait le vin depuis plus de 2000 ans?!


-Première apparition :
Tout commence sous la dynastie Han un peu plus de 100 ans avant notre ère. Règne alors Wudi (-140 à  -87), l'empereur despotique du grand historien Sima Qian (premier historien de l'Histoire de Chine connu!). La Chine d'alors n'est que consommatrice d'alcool de céréales, mais à l'Ouest de son empire, dans le Xingjiang actuel, le peuple des Wan cultive le raisin (toujours cultivé vers Turpan) et en produit un alcool : le vin de raisin! 
Wudi, en entendant parlé par ses espions, veut absoluement gouter et copier! Finalement, il était bien chinois!! ^__-
Appréciant ce nouveau brevage, il impose la plantation du premier vignoble de l'Empire du Milieu, au Shaanxi, pour fournir sa cour à Chang'An (Xi'an).
Sous la dynastie Han le vin va prendre la place de la boisson la plus couteuse et la plux luxueuse. Brevage des rois et des princes, il coute si cher que le sens de "pot de vin" prend toute son importance pour les fonctionnaires corrompus!
Mais voila, la dynastie périclite quelques 200 ans plus tard, pour s'éteindre définitivement en 206 de notre ère. Le rêve de Wudi redevient poussière et la culture du vin disparait avec ses descendants... 

-Deuxième apparition :

Pendant 1000 ans le vin reste une boisson oubliée de l'Empire du Milieu. C'est seulement avec l'incorporation de la Chine dans l'Empire Mongole, et l'avénement de la dynastie Yuan, que le vin refait surface. Grands amateurs de vin de raisin (les chinois "han" préférant le "vin" de riz!), les nouveaux seigneurs sous le Ciel développent dans tout leur empire la culture du vin et de l'ivresse!  Ils insitent même les "han" (terme pour l'ethnie chinoise) à utiliser le vin en bien sacrificiel dans les temples...

Pour autant, en 1368, à la chute des Yuan et l'avènement des Ming, la culture du vin en Chine retombe dans le néant. Les Ming n'appréciant pas ce qui vient de l'envahisseur, le vin est banni de l'Empire du Milieu et les fils du Ciel retourne à leur Bai Jiu (alcool blanc de riz, souvent très fort).

-Renaissance :
Jamais deux sans trois, cette fois ce sont les occidentaux qui l'apporteront dans leurs bagages au 19eme siècle. Mais le tout premier vignoble de la Chine Moderne est planté en 1892 par un chinois d'outre-mer, Zhang Bishi. Il s'installe à Yantai , petit port de pêche du Shandong (région à l'Est de la Chine, avançant vers le Japon), et fonde la Zhang Yu Wine Company, avec l'aide de français et d'italiens. Le vignoble existe encore de nos jours et se visite!

L'histoire du vin n'est qu'à ses débuts en Chine. Dans les années 1950/60, les vignobles chinois se multipliants sous l'effort communiste, commencent à reproduire les vins d'Europe de l'Est (influances du bloc russo-soviétique, frère de la Chine Maoiste). Seulement le vin n'est pas encore entré dans la culture chinoise... 

dragon-seal.jpg-L'ère du vin chinois :
Le grand bond en avant de la viniculture chinoise aura lieu dans les années 1980, avec l'avènement de Deng Xiao-Ping et la fin de la Révolution Culturelle. Le Chat pouvant être noir ou blanc, les occidentaux se tournent vers la Chine progressivement pour y investir. La production s'intensifie et petit à petit les chinois des villes se tournent vers les vins, occidentaux ou chinois.

L'émergeance d'une classe moyenne marque le dernier coup de pouce. Aujourd'hui en Chine les consommateurs fidèles de vin sont encore peu et se concentrent dans les grandes agglomérations. Mais pour autant les grandes villes chinoises sont plus peuplées que tout le territoire américain...

Ces dernières années, le vin compte comme 1% de la consommation annuelle d'alcool, la bière et les alcools traditionnels tenant la dragée haute au nouveau venu.  En 2005, la consommation annuelle par hébitant était de 0,5 litre, tout en sachant qu'une grande majorité de la population chinoise ne doit pas avoir les moyens (financiers et accès) de boire du vin...
Les importations de vins étrangers montent en flèche chaque année, même si proportionnellement une bouteille importée sera vendu trois fois plus chère qu'un vin local. Les joint-ventures se multiplient, et l'Etat lui-même investit fortement.

La réputation du "French Paradoxe" est le moteur d'une publicité massive pour le vin rouge sec (le french paradoxe étant qu'à petite dose régulière le vin rouge est bon pour la santé). C'est en allant dans ce sens que l'Etat chinois a créé, en joint-venture avec la France, une école d'Oenologie à Tai Shi, sur la frontière de la Mongolie Intérieure. Les formateurs, le savoir faire et les sépages sont français, les éleves, les murs et le sol sont chinois.


Reste, selon Olivier, d'Un Fontainois à Pékin, d'éduquer les chinois à la consommation du vin!!

Quelques grands producteurs :

Changyu Wine Group Co.
Yantai Weilong Grape Wine Co.
Great Wall Co.
Dynasty (Sino-français installé à Tianjin)
Dragon Seal



Pour plus d'informations et compléter cet article, je vous invite à visiter mes sources :
-Le vin en Chine, Un fontainois à Pékin.
-Vins des globes en Chine.
-Les grands producteurs de vin chinois.

Bonne Saint Vincent et Have Fun!!
Repost 0
Published by Chen Jie - dans Chine d'aujourd'hui
commenter cet article

Avis aux lecteurs

Paris-Beijing vous rappelle que les textes et photos de ce site sont tous régis par la loi française et internationale du Copyright.
Ainsi toute reproduction, intégrale ou partielle, sans permission écrite et signée de leur propriétaire est interdite.

Merci infiniment de votre compréhension.

Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

Recherche

Proverbe du jour

« Un ami c'est une route, un ennemi c'est un mur. »

Suivez le guide


Toc toc toc

Qui est là??

Il y a actuellement curieux se baladant sur O-B... et seulement voyageur(s) dans ce coin de Chine!

Référencement